jump to navigation

GeoEye-1 : Très Haute Résolution Spatiale – La preuve par l’image mercredi, 29 octobre, 2008

Posted by geotrouvetout in Satellites.
Tags: , ,
add a comment

Après WorldView-1 dont nous parlions ici-même il y a un an, voici donc les premières images du satellite GeoEye-1 qui nous arrivent depuis le 8 octobre 2008.

Ce n’est pas un scoop : avec ses 41 centimètres de résolution spatiale pour l’image panchromatique (en noir/blanc),  et ses 1, 65 mètre pour l’acquisition multispectrale (en couleur), un nouveau record sur la « Très Haute Résolution Spatiale » d’un satellite commercial est en place.

Mais pour combien de temps ?  Le WorldView-2  prévu pour la mi-2009 ne jouera pas sur ce terrain, mais on parle bien sûr du GeoEye-2 pour 2011/2012, avec une résolution annoncée de 25 centimètres  sur la panchromatique !!

Même si le droit US ne permet qu’à quelques organismes (principalement la Défense) de disposer des résolutions optimales, les autres devant se contenter d’une résolution ramenée à 50 centimètres, ne boudons pas notre plaisir.

Pour la petite histoire ( elle nous concerne, ce serait dommage de ne pas en parler ), après WorldView-1, c’est encore ITT qui a réalisé tout l’ensemble optique pour l’acquisition GeoEye-1, avant d’attaquer GeoEye-2.  

Plutôt que la « première image » de GeoEye-1, voici donc à quoi ressemblait ce 18 octobre une régate à Cambridge, Massachusetts. GéoTrouveTout a encore un peu de mal à voir qui est en tete, mais c’est surement à cause de ses lunettes.

Regate a Cambridge, vue par GeoEye-1 ** Credit GeoEye Satellite Image

Regate a Cambridge, vue par GeoEye-1 ** Credit GeoEye Satellite Image

Publicités

Très Haute Résolution spatiale : La navigation optimisée avec IAS vendredi, 24 octobre, 2008

Posted by geotrouvetout in Divers, Méthodes.
Tags: , , , , ,
add a comment

Il y a quelque chose, mais où ?

C’est bien la question que l’on peut se poser en voyant des images satellite ou aéroportées à très haute résolution spatiale.

Cette résolution est souvent indispensable ne serait-ce que pour distinguer les objets dans une scène, sans parler d’analyser à une échelle plus fine leurs éléments. 

Mais comme il est en même temps souvent nécessaire de couvrir un large champ spatial, on se retrouve très vite avec des dimensions d’images tout simplement monstrueuses !

Nouvelle situation, qui engendre de nouveaux besoins :

  •  un stockage intelligent de ces données – en général sur un serveur central –
  •  une distribution optimisée des données à tous ceux qui en ont besoin -sans que cela absorbe les ressources de leur machine –
  •  la possibilité de naviguer et voir facilement dans ces données, pour se concentrer sur une zone d’intérêt

IAS – pour Image Access Solution – propose une architecture client/serveur conçue pour répondre exactement à ces besoins. Construite sur des standards éprouvés, à base de compression JPEG2000 et de streaming JPIP, elle peut aussi intégrer tout un ensemble de services – à la carte – pour se couler dans une solution d’entreprise.

Vous êtes curieux ? Allez donc voir quelques données sur iasdemo.ittvis.com pour vous faire une idée. Il suffit d’y télécharger gratuitement le Viewer IAS, de sélectionner une image, et de vous promener dessus, comme si vous y étiez !

Comme cet accès peut s’effectuer directement sur le terrain, meme dans des conditions de transmission réseau ( bande passante ) très réduites, Géo Trouvetout vous laisse imaginer toutes les utilisations possibles dans le domaine de la Gestion des Risques (feux de forêt – pompiers ayant besoin a la fois d’une vue d’ensemble et d’une grande précision sur certaines zones – ), de la Défense, …

image de 1,6 Go - 3 bandes sur 29616*27247 pixels

Le Viewer IAS sur Boulder : image de 1,6 Go - 3 bandes sur 29616*27247 pixels

 

P.S : pour les fans, vous pouvez aussi utiliser le Viewer IAS pour voir les images impressionnantes de la surface de Mars, fournies dans le cadre de l’expérience HiRISE

Rendez-vous hyperspectral avec la Lune : départ cette nuit, à 02h20 mardi, 21 octobre, 2008

Posted by geotrouvetout in Divers, Satellites.
Tags: , , ,
add a comment

Il y a bien quelque chose, mais quoi ?

Les images hyperspectrales sont les seules à vraiment permettre une identification des matériaux présents dans une scène.  Cela a un coût au niveau spatial, car il est difficile d’avoir mieux qu’une résolution de quelques dizaines de mètres ( 30 mètres par exemple pour Hypérion ), mais les avantages de l’hyperspectral sont inestimables pour des thématiques telles que l’agriculture, la sylviculture -ou « foresterie » comme disent nos amis Canadiens, la géologie, …

Rien d’étonnant donc à ce que l’imagerie hyperspectrale soit aussi une voie royale pour aborder la géologie d’autres systèmes que la Terre.

Le bassin Isidis

Le bassin Isidis sur Mars

Après le capteur CRISM pour Mars – 544 bandes spectrales pour une résolution spatiale jusqu’à 18m/pixel en mode « target » – lancé  en aout 2005 avec le Mars Reconnaissance Orbiter, voici donc le tour du capteur M3.

M3, c’est-à-dire le Moon Mineralogy Mapper – 261 bandes spectrales pour une résolution spatiale de 70m/pixel en mode « target » – embarqué  sur le satellite Indien Chandrayaan-1 pour l’étude de la Lune.

Le lancement ? Cette nuit, à 02h20, heure de Paris !  Alors, en attendant les premières images de la Lune,  prenez le départ en suivant le lancement sur le site de l’ISRO .  GeoTrouvetout y sera, enfin peut-etre 🙂

ENVI au SIG 2008 : Observation de la Terre sous orbite SIG lundi, 6 octobre, 2008

Posted by geotrouvetout in Evénements, SIG.
Tags: , ,
add a comment

Le SIG 2008 des 1er et 2 octobre restera un événement marquant.

Pour ESRI France certainement qui a fêté ici ses 20 ans avec un succès et un auditoire à la hauteur de leurs espérances.

Pour tous les participants, qui ont vu ce qu’apporte déjà le « SIG en action », mais aussi ce que sera le SIG de demain avec des solutions comme « ArcGIS Server ».

Pour ENVI et ITT VIS enfin.

Le partenariat ESRI / ITT VIS, voulu pour que la communauté SIG  exploite l’intérêt de l’image géo-spatiale, a souvent été évoqué. Des actions très concrètes, comme les Forums SIG en métropole, ont ainsi été menées pour diffuser ce message sur l’interopérabilité SIG/Image avec ArcGIS/ENVI.

Cerise sur le gâteau, le SIG 2008 a vu ces actions porter leurs fruits, avec la très belle audience rencontrée  par différentes activités sur place :

 

                    

Session «Télédétection» : Présentation d’ études et projets concrets       

 Atelier Technique ENVI : Formation aux méthodes d’analyse spectrale et objet  

Espace ENVI :  pour ceux qui voulaient en savoir encore plus sur nous et nos solutions!   

 

Alors, merci à tous, et merci à ESRI France pour la qualité d’un partenariat qui, d’action en action, ne fait que se renforcer.